FR NL

Renfe se prépare pour une succursale à Paris

L’opérateur national espagnol Renfe veut faire une demande au ministère des finances pour créer une succursale à Paris. Le conseil d’administration a approuvé cette démarche pour développer des opportunités d’affaires en France, pour lesquelles il a des projets à long terme.

Avec la libéralisation du transport ferroviaire de voyageurs en Europe, l’opérateur national espagnol Renfe voit sa chance. Elle considère le marché français comme une priorité pour son expansion internationale, car il s’agit d’un « développement naturel » de ses services vers l’Europe, via son voisin. Déjà en juillet 2019, le conseil d’administration de Renfe a décidé des expansions en France, mais le processus prend du temps.

En France, Renfe vise à lancer des services commerciaux à grande vitesse sur la ligne Paris-Lyon-Marseille, ainsi que des services publics dans les régions Grand-Est et Hauts de France. Pendant ce temps, la SNCF s’est déjà rendu au marché de ses voisins et a commencé à opérer en Espagne sous la marque Ouigo cette année, avec de bons résultats pour les trois premiers mois.

Projets à l’étranger

Renfe continue d’analyser les opportunités de croissance internationale, non seulement en Europe mais aussi aux États-Unis et en Amérique latine. L’objectif est que 10 % du chiffre d’affaires total de l’entreprise proviendra d’opérations à l’étranger, tant dans le haut débit que dans le service public, dans un délai de 10 ans.

Par exemple, Renfe fait partie du consortium d’entreprises qui a construit et exploite la ligne à grande vitesse entre La Mecque et Médine en Arabie saoudite, appelée Haramain Highspeed Railway. De même, la société participe également au contrat d’exploitation de la ligne à grande vitesse entre Dallas et Houston aux États-Unis. Il s’agit du plus grand prix jamais obtenu par une entreprise publique espagnole à l’étranger à ce jour. Ils sont également impliqués dans le développement du train maya au Mexique.

Expansion via un opérateur tchèque

En outre, l’opérateur espagnol pourrait être actif à l’avenir dans des pays européens tels que la République tchèque, la Slovaquie et la Pologne, et disposer des ressources et des licences pour accéder au marché allemand, grâce à l’acquisition de 50 % du capital du chemin de fer tchèque. société Leo Express, qui exploite les services de ces pays d’Europe central.

Auteur: Esther Geerts