FR NL

Des drones d’inspection pour l’infrastructure ferroviaire

ÖBB-Infrastruktur AG teste le potentiel des drones pour contrôler des lignes difficiles d’accès.

Chez ÖBB-Infrastruktur AG, les drones intelligents et l’évaluation basée sur l’IA des données obtenues seront utilisés dans un grand nombre de projets pour une infrastructure de route efficace. En cas d’incidents ou pour faire des relever, le drones est devenu un instrument incontournable.

Scénario du futur

Un centre de contrôle des opérations de l’infrastructure établit un contact radio avec un drone stationné dans un garage à drones entièrement automatisé d’une région. Les données GPS des lieux où des dégradations sont envisageables sont transmises. Le drone se met en route, filme l’état du parcours et envoie les enregistrements au centre de contrôle, où on peut obtenir un premier aperçu de la situation réelle en quelques minutes.

Dans quelle mesure la circulation est-elle obstruée ? Est-ce juste quelques branches qui peut être enlevé à la main ou un équipement de déblaiement lourd est-il nécessaire ? Faut-il prévoir des réparations ? Des mesures appropriées sont prises immédiatement et d’autres sections de l’itinéraire sont vérifiées avant que le drone ne puisse retourner dans son garage.

C’est encore de nos jours de la science-fiction et il faudra un certain temps avant que de telles missions ou des missions similaires ne fassent partie des opérations de routine normales. Il y a encore des défis à relever sur la voie de l’utilisation sereine des drones dont un garage automatique.

Possibilités et limites des drones

Le fait que les drones soient censés effectuer des tâches sans que le pilote à distance ait un contact visuel avec l’avion (BVLOS : Beyond Visual Line of Sight) soulève un certain nombre de questions. Et notamment : quelles conditions-cadres (légales) doivent être respectées ? Que se passe-t-il si un autre objet volant croise la trajectoire de vol ? Comment réagissez-vous au brouillard qui s’installe soudainement ? Ou : Comment gérer les zones d’exclusion aérienne ? Sans compter le passage par des propriétés privées, même en altitude.

Un projet commun entre ÖBB-Infrastruktur AG et l’autorité aéronautique Austro Control a fourni les premières réponses. « En tant qu’autorité aéronautique, nous soutenons les consommateurs et l’industrie lorsqu’il s’agit de permettre des vols plus complexes en dehors de la ligne de mire dans des conditions-cadres sûres et ainsi de promouvoir le test de nouveaux domaines d’application », a déclaré Valerie Hackl, directrice générale d’Austro Control.

30 kilomètres en 26 minutes

Il faut cependant se doter d’engins de grandes performances. Ainsi, ce drone haute performance Bladescape sous la forme d’un hexacoptère à six rotors, de 2,4 mètres de diamètre, un temps de vol maximum de 1h30 et une charge utile maximum d’environ 10 kilos.

Le drone permet par exemple des inspections régulières de systèmes tels que des barrières pare-avalanche, des filets de protection contre les chutes de pierres ou des lignes aériennes qui peuvent être inspectées très rapidement. Mais aussi de vérifier les strutures de ponts, l’état de la végétation et tout simplement l’implantation des éléments dans la voie, avec une précision extraordinaire.

Les données numériques sont collectées plusieurs fois par seconde, documentées de manière infalsifiable dans une blockchain, traitées automatiquement dans une plateforme informatique hautement évolutive, spécialement développée et mises à disposition des personnes qui en ont une autorisation d’accès au sein du gestionnaire d’infrastructure ferroviaire.

Auteur: Frédéric de Kemmeter