FR NL

Thales signe pour moderniser la ligne à grande vitesse Madrid-Séville

Thales a remporté deux contrats importants pour la rénovation de la ligne à grande vitesse Madrid-Séville mise en service il y a 30 ans.

La ligne à grande vitesse entre Madrid et Séville fut la toute première à être inaugurée en Espagne, à l’occasion de l’Exposition universelle de Séville de 1992. L’exploitation commerciale débuta le 21 avril de la même année. À cette époque, il n’y avait pas d’ERTMS et ce sont les enclenchements allemands LZB qui furent installés sur les 471km du tracé. Ils imposent encore aujourd’hui au matériel roulant d’avoir cette technologie de sécurité spécifique à bord.

Remplacer l’ancienne technologie

L’objectif est de renforcer la capacité de la ligne, mais aussi d’adapter les systèmes aux normes européennes d’interopérabilité. Les équipements seront modernisés afin d’améliorer la disponibilité et la fiabilité de la ligne, pour un plus grand confort des voyageurs. Cette modernisation facilitera également l’accès à la ligne pour d’autres opérateurs quand la libéralisation du réseau ferroviaire sera effective.

Le premier contrat porte sur le renouvellement des principales installations de signalisation (enclenchements électroniques) de la ligne et le déploiement du système ERTMS niveau 2, autrement dit l’adoption des normes européennes qui permettront la circulation des trains de différents opérateurs, indispensable en prévision de l’ouverture à la concurrence du trafic ferroviaire.

D’une durée d’exécution de 52 mois, le projet est doté d’un budget de près de 80 millions d’euros (hors TVA) financé par l’Union européenne. Il couvre le remplacement des enclenchements actuels par des systèmes électroniques de dernière génération ainsi que l’intégration de la gestion du système existant de protection des trains (LZB) et du nouveau ERTMS niveau 2.

Rénover sans perturber le service

L’une des pierres angulaires de ce chantier de renouvellement des enclenchements est de maintenir le service sur la LGV pendant les travaux, sans perturber le trafic voyageurs. Pour garantir les indispensables conditions de sécurité et de bon fonctionnement, le système LZB continuera de fonctionner avant, pendant et après la mise en service du nouveau système ERTMS. Le contrat couvre également le renouvellement des réseaux filaires en cuivre des systèmes destinés à détecter les chutes d’objets sur les voies.

Des circuits de voie de conception 100 % espagnole

Par ailleurs, avec un budget de près de 18 millions d’euros (hors TVA), Thales sera chargé de remplacer sur cette même LGV les circuits de voie de type FTG (1.306 au total), devenus obsolètes. Le circuit de voie TTC de Thales permet de monter 16 unités dans chaque baie, libérant de l’espace dans les salles techniques. Cet espace sera utilisé pour installer les nouveaux enclenchements et équipements ERTMS.

Conçus par l’équipe R&D de Thales en Espagne, ces circuits TTC ont été testés sur voies à écartement UIC (standard : 1.435 mm), ibérique (1.668 mm) et métrique, avec les caténaires 25 kV AC, 3 kV DC et 1500V DC. Le développement de ces circuits de voie marque un tournant historique pour le réseau ferroviaire espagnol, car il s’agit d’un produit espagnol aux nombreuses fonctionnalités, idéal pour l’export.

Une entreprise qui connait bien la signalisation ferroviaire

Depuis et jusqu’à ce jour, Thales est à l’avant-garde du déploiement de différents systèmes et unités de signalisation et de contrôle des trains, développant les capacités technologiques qui lui ont permis de s’imposer sur des marchés étrangers tels que la Turquie, l’Égypte, le Maroc, l’Algérie et le Mexique.

La collaboration constante dans le cadre du développement du réseau à grande vitesse de l’ADIF est une source de grande satisfaction pour Thales.

Auteur: Frédéric de Kemmeter