FR NL

Les NS installent l’ETCS sur leurs rames VIRM

Photo : Mediarail / Frédéric de Kemmeter

Siemens Mobility a remporté un contrat auprès de NS Group pour moderniser 176 rames ViRM avec la dernière technologie européenne de contrôle des trains (ETCS) de niveau 2.

Un contrat a été signé avec le fournisseur Siemens Mobility pour le développement, la fourniture et la maintenance du système pendant sept ans. Les véhicules modernisés seront livrés au cours de la période 2023-2027.

Avec la mise en œuvre de l’ERTMS sur la plus grande série de trains en circulation chez l’opérateur public néerlandais, NS fait un grand pas dans la numérisation des trains existants.

Les rames VIRM (pour Verlengd interregiomaterieel), ont été livrées par l’ancienne firme Talbot d’Aix-la-Chapelle entre 1994 et 2009, à raison de 98 rames de quatre voitures (VIRM-IV) et 80 rames de six voitures (VIRM-VI).

Actuellement, le parc roulant ferroviaire est protégé par le système de protection automatique des trains de classe B appelé ATB, dont les bases furent conçues dès 1954. Ces systèmes fonctionnent toujours bien, mais sont dépassés, coûteux à entretenir et ne sont plus construits.

Numérisation des trains

Le gouvernement a ordonné depuis plusieurs années l’introduction de l’ERTMS aux Pays-Bas en 2019. Marco Sala, responsable du programme, explique ce que cela signifie pour l’opérateur ferroviaire NS : « En résumé, nous travaillons à la conversion des trains, à la formation du personnel et à l’adaptation des systèmes et processus TIC. »

Il s’agit du premier grand contrat de mise à niveau ETCS du matériel roulant aux Pays-Bas et il fait partie d’un programme néerlandais complet visant à équiper son parc de matériel roulant existant de la toute dernière technologie de contrôle des trains.

Outre les rames à deux étages du VIRM, les séries Sprinter SLT et FLIRT suivront. Les trains les plus récents, tels que le SNG et l’ICNG, sont déjà équipés de l’ERTMS et seront mis à jour ou améliorés en fonction de la dernière version.

Mais qu’est-ce qui va changer dans les trains ? Marco Sala : « L’ERTMS étant un système numérique, chaque train sera équipé d’ordinateurs et d’appareils de communication numérique tels que le GSMR et un écran pour le conducteur. Avec cela, nous numérisons le train pour qu’il puisse circuler sous la nouvelle sécurité. »

Cette protection est déjà en place à certains endroits des voies ferrées aux Pays-Bas, avec l’intention de moderniser l’ensemble des voies dans les décennies à venir.

Expérience de l’ERTMS

Les conducteurs de train ont également déjà un avant-goût de ce qui les attend. Marco Sala : « Nous emmenons un simulateur de train dans les gares pour familiariser les conducteurs avec le nouveau système. Il est utilisé avec enthousiasme ».

Par la suite, la formation et la conduite expérimentale de l’ERTMS commenceront également au quatrième trimestre de 2023. Marco Sala : « Les conducteurs recevront une formation, puis ils pourront s’attendre à des trajets avec ERTMS dans leurs horaires. Nous l’appelons conduite d’expérience car elle est destinée à maintenir l’expérience et la routine. »

La mise en œuvre du nouveau système de sécurité ERTMS (European Rail Traffic Management System) dans les 176 rames à deux étages de type VIRM commencera chez NS Train Modernisation à Haarlem.

NS et Siemens Mobility considèrent cette première attribution de projet comme un partenariat à long terme et collaboratif, qui assurera une transition en douceur du système de contrôle des trains existant vers l’ETCS.

Articles similaires :

Auteur: Frédéric de Kemmeter