FR NL

L’heure d’été britannique est l’heure de grève

Les horloges ont avancé, mais le calendrier a reculé. La Grande-Bretagne s’apprête à plonger dans un nouveau cycle de grèves ferroviaires. Les nuits s’éclaircissent peut-être, mais il n’y a pas encore de lumière au bout du tunnel. La dernière série de grèves, cette fois du syndicat des conducteurs ASLEF, devrait freiner le réseau à la fin de cette semaine. Avril marquera le vingt-deuxième mois consécutif au cours duquel des grèves nationales ont affecté le réseau britannique.

L’ASLEF, le syndicat représentant les conducteurs sur l’ensemble du réseau britannique, a annoncé un nouveau programme de grèves itinérantes. Ces grèves suivent un schéma désormais familier de perturbations, déployées par des opérateurs individuels sur un grand nombre de jours consécutifs. Le syndicat a déclaré que les grèves visent à obtenir une augmentation de salaire pour les conducteurs. L’ASLEF affirme que ses membres n’ont pas eu d’augmentation de salaire depuis cinq ans. Les conducteurs débrayeront dans plusieurs entreprises nationales de transport de passagers au cours des prochains jours. Une action distincte dans le métro londonien affectera le réseau de métro de la capitale dans le courant du mois.

16 compagnies ferroviaires intransigeantes

Les conducteurs de train membres de l’ASLEF, le syndicat des conducteurs de train, prendront part à un nouveau programme complexe de grèves tournantes d’une journée, couplées à une interdiction de trois jours et de deux jours d’heures supplémentaires. Ces actions perturberont les services de transport de passagers du jeudi 4 avril au mardi 9 avril. L’ASLEF explique que les grèves et l’interdiction des heures supplémentaires visent à accroître la pression sur ce qu’elle appelle « 16 compagnies ferroviaires intransigeantes et le gouvernement [conservateur] sourd à la langue de bois qui les soutient ».

Ordsall Chord bridge in Salford
Pas encore de pont sur les eaux troubles. La ligne Ordsall Chord de Salford sera considérablement sous-utilisée le week-end prochain, tout comme le reste du réseau Northern

Des interdictions d’heures supplémentaires vont être imposées à tous les opérateurs. Le conflit verra les conducteurs débrayer le vendredi 5 avril chez Avanti West Coast, East Midlands Railway, West Midlands Trains et CrossCountry. Cela affectera les services longue distance sur la West Coast Main Line, la Midland Main Line qui relie Londres à Sheffield, et de nombreux services régionaux entre Liverpool, Birmingham et Londres. L’immense réseau CrossCountry, qui va au nord jusqu’à Aberdeen et au sud jusqu’à Plymouth et Penzance, sera pratiquement fermé.

Journée de repos le dimanche

Le programme de débrayages se poursuit le samedi 6 avril, avec les opérateurs suivants : Chiltern (qui dessert Londres et Oxford) ; GWR, l’opérateur du sud-ouest et du sud du Pays de Galles, dont le service part de Londres Paddington ; LNER – l’opérateur fantôme du gouvernement qui dessert la ligne principale de la côte est à partir de King’s Cross ; et les grands opérateurs régionaux Northern et TransPennine Trains. Le dimanche 7 avril n’a pas été ciblé pour des actions de grève. Presque tous les services du dimanche sont couverts par des heures supplémentaires. Ce jour-là est le seul où le syndicat autorisera le travail sur un « jour de repos ».

London Underground train at the platform with doors open ready to depart (TfL)
La porte reste ouverte aux négociations entre Transport for London et les syndicats

Le sud et l’est de l’Angleterre seront touchés le lundi 8 avril. Les conducteurs de c2c, Greater Anglia, GTR Great Northern Thameslink, Southeastern, Southern/Gatwick Express, South Western Railway main line and depot drivers, and SWR Island Line (on the Isle of Wight) seront tous mobilisés le lundi 8 avril. Les membres refuseront également de travailler leurs jours de repos chez tous ces opérateurs du jeudi 4 au samedi 6 avril et du lundi 8 au mardi 9 avril.

Ne pas aller dans le métro

« Nous sommes désolés que cette série de grèves déclenchées par les dirigeants de l’ASLEF risque de perturber les trajets », a déclaré un porte-parole du Rail Delivery Group, l’association qui représente les opérateurs ferroviaires et négocie directement avec les syndicats. « Bien que nous fassions tout ce qui est en notre pouvoir pour maintenir les trains en service et que nous travaillions avec nos partenaires de l’industrie pour maintenir autant de trains que possible, il y aura malheureusement des services réduits entre le jeudi 4 avril et le mardi 9 avril. Nous vous conseillons de vous renseigner avant de partir et de suivre les dernières informations sur les voyages ».

Le service National Rail Enquiries fournit des informations aux passagers et des dispositions ont été prises en matière de billetterie, avec un certain assouplissement des itinéraires et des dates de voyage. Le conflit n’implique pas l’autre grand syndicat, le RMT, qui est parvenu à un accord sur ses revendications en matière de salaires, de conditions de travail et de sécurité de l’emploi. Les opérations de transport intérieur de passagers au Pays de Galles, en Écosse et en Irlande du Nord ne sont pas non plus concernées.

Une action distincte dans le métro londonien verra les conducteurs débrayer le lundi 8 avril et le samedi 4 mai. Ce conflit de longue date porte sur les changements proposés aux conditions d’emploi qui, selon le syndicat, obligeront les conducteurs à travailler plus dur et plus longtemps pour moins d’argent.

Pour en savoir plus :

Cet article a été traduit automatiquement de l’original en anglais vers le français.

Auteur: Simon Walton

Source: RailTech.com