FR NL

Pas de bonne nuit pour les trains de minuit

Un logo intelligent. Un graphisme encore plus intelligent. Mais en fin de compte, pas de trains, pas d’accès et plus de financement. On peut se demander si les trains de minuit ont jamais eu une chance de rouler. Toutefois, l’équipe à l’origine de la future start-up à accès libre a décidé de mettre un terme au concept des trains de minuit.

Dans un adieu poignant, Midnight Trains a annoncé sa fermeture, marquant la fin d’un projet audacieux visant à révolutionner les voyages de nuit en Europe. Le futur opérateur de trains-couchettes à accès libre a fermé ses portes sans jamais avoir mis en service un seul train, malgré quatre années d’efforts acharnés et de passion. Les bulletins d’information excentriques et les graphiques élégants ont peut-être fait sourciller le secteur, mais au bout du compte, aucune de ces belles présentations ne s’est traduite par une expédition réelle de trains de nuit.

L’essor et le déclin d’un projet ambitieux

C’était une vision audacieuse du voyage durable. Il semblait que son heure était venue. Cependant, des intérêts particuliers pourraient être à l’origine de l’échec des Trains de minuit. Les bailleurs de fonds, une équipe d’entrepreneurs français, cherchaient à créer un réseau de trains de nuit du XXIe siècle reliant les principales villes européennes, offrant une alternative durable à l’aviation moyen-courrier. Leur mission était de faire revivre le côté romantique et pratique des trains de nuit, en les adaptant aux besoins des voyageurs modernes et aux objectifs environnementaux. De grands idéaux et de grandes attentes, mais tous deux sont redescendus sur terre avec une bosse.

Portrait of Nicholas Bargeles, Chief Operating Officer of Midnight Trains
Bleu nuit. Nicholas Bargeles, directeur de l’exploitation de Midnight Trains, a mis un terme au projet de nuit. Image : LinkedIn : LinkedIn

Le projet s’est heurté à des difficultés liées à la réglementation et au marché. Encouragé par le succès d’autres entreprises ferroviaires privées comme Italo, FlixTrain, RegioJet et Leo Express, Midnight Trains pensait pouvoir se tailler une place dans ce paysage en pleine évolution. Cependant, malgré l’ouverture du marché, la réalité s’est avérée plus difficile. Les fondateurs se sont heurtés à des obstacles de taille, notamment la domination des opérateurs nationaux historiques, les difficultés à se procurer du matériel roulant de seconde main, à obtenir des financements et à naviguer dans l’infrastructure complexe gérée par des entités étroitement liées aux opérateurs historiques.

Des nuits blanches en raison des difficultés financières

La collecte de fonds a été un défi permanent pour Midnight Trains. Les premiers efforts ont permis d’obtenir le soutien de plus de quarante business angels, ce qui a permis au projet de faire ses premiers pas. Cependant, le deuxième tour de table nécessaire au lancement de la ligne inaugurale Paris-Milan-Venise n’a pas eu lieu. Malgré un travail de fond important, comprenant des spécifications techniques, des plans de conception, un fabricant sélectionné et un bailleur anglais prêt à financer les premiers trains, le projet a échoué. Les ambitions initiales se sont avérées trop grandes, trop tôt, en particulier avec des intentions pour le marché britannique qui n’ont pas été à la hauteur.

Le grand rêve de Midnight Trains d’un réseau de wagons-lits paneuropéen se réveille brutalement. Image : © Midnight Trains

Les fondateurs ont réfléchi à plusieurs facteurs critiques, dont les réalités du marché du concept de train de nuit. Il a été difficile de trouver des fonds d’amorçage pour ce qui a toujours été un projet à long terme. Selon l’équipe, les fonds d’infrastructure ne s’intéressaient guère au secteur ferroviaire et les fonds de croissance étaient réticents à prendre les risques commerciaux associés au lancement d’une nouvelle entreprise dans ce secteur. Malgré une levée de fonds de 1,3 million d’euros, Midnight Trains a eu du mal à atteindre la maturité nécessaire pour obtenir des fonds supplémentaires et une certaine crédibilité.

Midnight Trains a davantage réussi à séduire ses clients potentiels que ses bailleurs de fonds potentiels. Sa fermeture laisse donc de nombreux adeptes sympathiques sur la plateforme. Le parcours de Midnight Trains met en évidence la complexité de la transformation de visions ambitieuses en réalité dans le secteur ferroviaire concurrentiel et réglementé. Midnight Trains a peut-être fermé ses portes, mais il est presque certain que quelqu’un rêve déjà d’apporter une nouvelle génération de wagons-lits à un marché européen enthousiaste.

Cet article a été traduit automatiquement de l’original en anglais vers le français.

Auteur: Simon Walton

Source: RailTech.com