FR NL

Début de la construction du nouvel atelier des ICE à Cottbus

Premier coup de pioche pour le nouvel atelier d’entretien des ICE à Cottbus, avec à terme 500 emplois qui seront créés d’ici 2024.

La Deutsche Bahn (DB) a commencé la construction du nouvel atelier d’entretien des ICE à Cottbus. Avec le premier coup de pioche de cette semaine, le premier des deux futurs halls d’usine va sortir de terre. C’est dans ce hall que les premiers trains ICE 4 seront entretenus dans deux années.

Ce projet est l’un des premiers et des plus importants projets de renforcement structurel dans cette région houillère déshéritée de l’ex-Allemagne de l’Est. En collaboration avec l’État fédéral et le Land de Brandebourg, la DB compte ainsi soutenir et créer de nouveaux emplois industriels de qualité.

Après l’achèvement du deuxième atelier en 2026, sur un ancien faisceau, ce seront au total 1.200 nouveaux postes qui seront fournis. La DB mise dorénavant entièrement sur la numérisation et l’automatisation : Cottbus sera l’usine de maintenance la plus moderne de la DB.

Stratégie Starke Schiene

Dans le cadre de la stratégie du groupe « Starke Schiene », la DB renforce son parc d’ICE et ancitipe la mise à la retraite des premières générations d’ICE 1 et 2.

D’ici la fin de la décennie, environ 450 rames ICE devraient garnir la flotte de DB. Rien que d’ici 2024, le nombre d’ICE 4, celui de dernière génération, passera de 100 actuellement à 137 rames en service.

Cet aggrandissement du parc à grande vitesse nécessite plus de capacités en matière de maintenance. La nouvelle usine de Cottbus y contribuera largement et veille à ce que les trains soient rapidement remis en service.

Atelier XXL

Les nouveaux halls seront construits sur un terrain situé devant le site actuel de la DB à Cottbus. Le premier hall a deux voies et mesure 445 mètres de long. Un second hall aura quatre voies et 570 mètres de long. Il s’agira donc du premier site de la DB pour la maintenance lourde des trains ICE 4. Les trains seront en partie démontés et les composants lourds comme les bogies seront inspectés et remplacés.

Cottbus devra gérer des rames jusqu’à 374 mètres de long comptant 13 voitures et 918 places assises, mais aussi des rames un peu plus courtes mais de même technologie. Deux rames d’environ 200 mètres de long, composées chacune de sept voitures, peuvent ainsi être disposés sur la même voie en atelier.

Les travailleurs peuvent ainsi travailler sur toutes les voitures en même temps, ce qui accélère la maintenance des trains. Les voies surélevées permettent de travailler facilement sur les trappes latérales, le dessousde caisse et les essieux.

Délais d’entretien raccourcis

Des appareils changeurs de bogies spécialement conçus seront installés dans le sol de l’atelier. Il est ainsi possible de sortir latéralement les bogies pour les traiter ultérieurement sans avoir à soulever une rame complète.

Les composants peuvent également être changés beaucoup plus rapidement, ce qui fait que les trains resteront beaucoup moins longtemps à l’atelier. La révision d’un ICE 4 avec toutes les étapes de travail nécessaires devrait durer moins de deux semaines à Cottbus, alors qu’une telle révision peut prendre actuellement jusqu’à cinq semaines, ce qui est un manque à gagner pour la DB.

Des investissements d’un milliard d’euros sont prévus sur la base de la loi allemande sur les investissements dans le cadre de la reconversion des anciennes régions charbonnières. Avec cette loi, l’État fédéral et les Länder soutiennent les régions concernées par l’abandon du charbon dans le Brandebourg, l’État libre de Saxe, la Saxe-Anhalt et la Rhénanie-du-Nord-Westphalie pour la création d’emplois durables et tournés vers le futur.

Plus d’infos à ce sujet ? Rejoignez-nous à RailTech Europe 2022. Plus d’informations sur le programme et les ateliers proposés.

Auteur: Frédéric de Kemmeter