FR NL

Le train d’essai DAC va voyager dans toute l’Europe

Le DAC, qui signifie Digital Automatic Coupling (attelage automatique), est en cours de tests, notamment auprès de DB Systemtechnik.

Rappellons que cet attelage automatique est destiné aux wagons de marchandises, lesquels en sont actuellement dépourvus. L’attelage automatique est un vieux dossier de l’Europe ferroviaire. Un certain nombre de pays ont choisi d’éviter à tout prix le système basique de l’attelage manuel en Europe. C’est le cas des États-Unis, de la Russie, de la Chine, de l’Australie et même du Japon. Mais ces pays n’ont choisi qu’un attelage mécanique, sans options numériques qui n’existaient de toute manière pas à l’époque de leur adoption.

Numérisation du trafic fret

L’attelage automatique digital va bien plus loin que l’amélioration de la sécurité professionnelle du personnel de manœuvre ou l’augmentation de la productivité. Il doit permettre de tracter des trains plus longs, et donc plus lourds, ainsi que de fournir des indications essentielles sur l’intégrité du train (perte de wagon, échauffement des boîtes d’essieux, blocage de freins,…).

Le développement d’une nouvelle génération d’attelage automatique a été initialement entrepris par le programme d’innovation fret appelé « Shift2Rail », une initiative ferroviaire européenne promouvant des solutions de recherche et d’innovation. Nous en somme actuellement à ‘l’Innovation Programme 5’ (IP5) au sein de Shif2Rail, plus particulièrement axé sur le domaine digital.

Quatre types d’attelages étaient en pré-sélection l’an dernier. Après des tests approfondis, la conception d’attelage automatique de type Scharfenberg fut sélectionnée en septembre dernier comme base du futur attelage automatique numérique européen.

DAC(Photo : DB Systemtechnik)

Trois fabricants participant au programme d’essai sont qualifiés de « compétents dans les attelages de type Schafenberg » et doivent être en mesure de prendre en charge la prochaine étape de développement. Les fabricants doivent être en mesure d’offrir un ensemble d’options d’automatisation innovantes pour les trains de marchandises numériques.

En Allemagne et en Europe

Au cours des derniers mois, des parcours en Allemagne et des essais d’accouplement dans des gares de triage ont déjà eu lieu. Dernièrement, une petite cérémonie à Berlin lançait symboliquement un train de marchandises pour de nouveaux essais à travers l’Europe. Sa première destination est l’Autriche puis il se rend en Suisse. D’autres pays de l’UE comme la Pologne, la République tchèque et la France devraient suivre.

DB Systemtechnik a participé à la première phase du projet de développement en examinant l’adéquation de base des différents couplages DAC. Les experts du service d’essai et d’ingénierie accompagnent maintenant les essais de conduite DAC à travers l’Europe avec l’attelage Scharfenberg sélectionné.

DAC(Photo : DB Systemtechnik)

En tant qu’entreprise de transport ferroviaire, DB Systemtechnik planifie et coordonne tous les trajets d’essai et veille, avec ses collègues, à obtenir les résultats de mesure nécessaires du point de vue de la technique de freinage, de la dynamique de conduite, de la transmission de données et de courant ou, par exemple, de la résistance opérationnelle. Pour vérifier les lignes d’air, de courant et de données nécessaires à l’attelage automatique, DB Systemtechnik utilise un wagon de mesure séparé.

Daniela Gerd tom Markotten, directrice de la numérisation et de la technique à la DB : « Cet attelage est une révolution ; l’avenir lui appartient. Le DAC rend les wagons de marchandises intelligents et rapides : lors de l’attelage, mais aussi lors de la conduite. Cette technologie permet non seulement de faire circuler davantage de wagons de marchandises sur les rails, mais aussi de densifier le trafic ferroviaire, ce qui profite à tous. Sans les ingénieurs de la DB et leur savoir-faire, cet attelage n’existerait pas. Nous le préparons à la production en série en collaboration avec les constructeurs. Nous mettons le DAC sur les rails » !

Auteur: Frédéric de Kemmeter