FR NL
Overall, the pilot in Hardinxveld-Giessendam pleased the crane operators.

Le projet pilote « zéro émission » a plus de goût pour Strukton Rail

Le travail sans émissions est l’avenir. Aux Pays-Bas, Strukton Rail mène des projets pilotes afin d’acquérir des connaissances et de l’expérience et de se rapprocher progressivement de cet avenir. À Hardinxveld-Giessendam, une province de Hollande-Méridionale, deux bourreuses électriques (e-krols) et une alimentation électrique sans émission ont été utilisées pour la première fois.

« Nous sommes au début de la transition énergétique au sein de notre organisation », explique Vincent Bosman, responsable du projet de développement durable chez Strukton Rail Equipment, sur le site web du constructeur ferroviaire. « L’objectif ultime est d’éliminer toutes les émissions des machines et des équipements pendant leur fonctionnement. Pour y parvenir, nous devons acquérir des connaissances et de l’expérience en mettant en pratique les nouvelles technologies. C’est pourquoi nous organisons des projets pilotes, comme à Hardinxveld-Giessendam ».

Au cours du week-end du 8 au 11 mars, deux e-krols y ont été utilisés pour la première fois lors de travaux de rénovation de la voie : un de Strukton Rail et un de Berende Rail and Groundworks. La voie a dû être débarrassée de son ballast et déplacée de 40 centimètres pour faire de la place à la herse à chaîne, la machine d’entretien de la voie utilisée pour maintenir le lit de ballast. Chaque e-krol est équipé de deux batteries. Le système de gestion des batteries de bord de chaque machine détermine quel bloc de batteries est utilisé. Après le service, les blocs de batteries pouvaient être rechargés à l’aide des six systèmes de batteries présents dans l’enceinte : quatre pour charger les bourreuses et deux pour d’autres installations, telles que l’unité de bien-être et le wagon-restaurant.

Avantages et inconvénients de l’e-krol

« Les tâches que nous effectuons exigent beaucoup d’une machine. J’ai été surpris de voir à quel point l’e-krol pouvait s’en charger », déclare le grutier Maurice Temminck. C’était la première fois que lui et son collègue Youp Deijkers faisaient l’expérience du travail sans émissions. Maurice avait quelques réserves au préalable. « Par exemple, je n’avais pas confiance dans l’autonomie de la batterie. Mais cette crainte s’est avérée infondée. La machine a facilement fonctionné pendant toute une période de travail. Et elle a même mieux fonctionné qu’une machine diesel, car l’e-krol est beaucoup plus rapide ! »

e-krol (Photo: Strukton)
e-krol (Photo : Strukton)

J’avais peu confiance dans l’autonomie de la batterie. Mais cette crainte s’est avérée infondée ».

Youp est également d’accord. « Le moteur est plus puissant que la version diesel et plus silencieux. Les performances sont presque identiques. Il sera intéressant d’utiliser l’e-krol pour d’autres tâches afin de voir où il est le plus performant ».

L’e-krol de Strukton Rail était une machine « ancienne » convertie pour l’usage des pilotes. Elle manquait donc quelque peu de confort. « En tant qu’opérateur, vous revenez vraiment en arrière », déclare Maurice. Il n’est pas non plus très satisfait de l’emplacement des batteries sur l’e-krol, car elles obstruent le champ de vision arrière. « Lorsque vous devez faire de nombreuses marches arrière, comme c’est le cas dans ce métier, vous devez être en mesure de voir derrière vous en raison du risque de collision et ne pas vous contenter d’un écran. En tant qu’opérateur, vous devez surveiller votre trajectoire. Je préconise d’installer les batteries à un autre endroit ou de veiller à ce que le grutier soit toujours guidé lorsqu’il fait marche arrière. Toutefois, ces mesures ne peuvent pas être mises en œuvre sur tous les sites.

Pour M. Youp, cet aspect s’inscrit dans le cadre d’une discussion plus large sur la sécurité et le travail avec l’e-krol. « Le travail sans émissions exige une manière différente de travailler, avec les machines et entre nous. Si vous ne pouvez pas regarder derrière vous, vos collègues doivent également en tenir compte et vous soutenir en tant qu’opérateur. Mais nous n’en sommes qu’au début. Je pense que tout le monde est conscient que beaucoup de choses doivent changer. Et nous pouvons tirer beaucoup d’enseignements de cette première machine pour en fabriquer de meilleures par la suite. »

S’attaquer aux points d’amélioration

En effet, les lieux de travail sans émissions ont des exigences différentes en matière de sécurité, reconnaît également Vincent. « Le générateur diesel est remplacé par une installation haute tension avec des batteries. Cela entraîne d’autres risques, ce qui est un point central pour nous en tant qu’organisation. En ce qui concerne les pilotes, nous nous concertons étroitement avec la région de sécurité et le service de l’environnement ». Il trouve très appréciable que le projet pilote ait également révélé d’autres points d’amélioration concrets. « Nous pouvons ainsi continuer à travailler sur ces points.

Dans l’ensemble, le sentiment est positif : les travaux ont été menés à bien et la voie a même pu être remise en service quatre heures plus tôt que prévu. « Le projet pilote a été un grand succès », déclare Vincent. « Bien sûr, tout n’a pas été parfait. Par exemple, nous voulions tester la recharge rapide, mais nous n’avons pas pu mettre en place un système à cet effet. Nous avons également rencontré des problèmes techniques mineurs que nous avons pu résoudre sur place. Mais surtout, nous avons beaucoup appris. Après ce week-end, nous pouvons donc conclure que l’e-krol peut facilement fonctionner pendant huit heures sans interruption. J’oserais même dire qu’il pourrait facilement fonctionner pendant dix heures. Bien sûr, cela dépend fortement des tâches effectuées, de la température extérieure et de la façon dont l’opérateur travaille avec le véhicule.

Espérons que le réseau de traction sera utilisé à l’avenir

Les travaux réalisés à Hardinxveld-Giessendam constituent un premier pas vers le travail sans émissions. D’autres projets pilotes sont nécessaires, avec des tailles, des tâches et des produits de fournisseurs différents, pour continuer à progresser. L’approvisionnement en énergie pour la recharge est également un point d’attention. Vincent : « Nous disposions alors de six systèmes relativement petits. Mais notre client dispose d’un réseau de traction avec beaucoup d’électricité disponible. J’espère que nous pourrons l’utiliser à l’avenir.

Bref, il y a encore beaucoup de choses à étudier. « Tout le monde est enthousiaste. Cela nous donne envie d’en savoir plus », conclut Vincent.

Cet article a d’abord été publié en néerlandais sur notre publication sœur SpoorPro.com.

Pour en savoir plus :

Cet article a été traduit automatiquement de l’original en anglais vers le français.

Auteur: Jeroen Baldwin

Source: RailTech.com