FR NL

la SNCB prend des mesures supplémentaires pour économiser l’énergie

Photo : SNCB pressroom

La SNCB prend des mesures supplémentaires pour réduire sa consommation d’énergie. Elle entend ainsi limiter au maximum la forte hausse des coûts énergétiques

La flambée des prix de l’énergie a un impact majeur sur la compagnie ferroviaire. La facture énergétique (électricité, gaz et pétrole) de la SNCB pourrait en effet être supérieure de 100 millions d’euros cette année par rapport à 2020.

D’après la SNCB, les coûts devraient s’élèver à € 223 millions en 2022 et € 432 millions en 2023, contre € 123 millions en 2020. À l’heure actuelle, aucune mesure n’est prise pour limiter l’offre de trains, mais il apparait clairement que des compensations supplémentaires du gouvernement seront nécessaires pour maintenir cette situation.

Avec 3.800 trains par jour, dont plus de 90% alimentés par l’électricité, la SNCB est le plus grand consommateur d’électricité du pays. L’électricité de traction utilisée pour faire circuler les trains représente environ 85%, soit 1,1 TWh par an, de sa consommation totale d’électricité.

À ce stade, la SNCB veut néanmoins éviter d’affecter l’offre de trains, ce qui aurait un impact négatif sur les centaines de milliers de voyageurs qui comptent au quotidien sur le train pour voyager de manière sûre, confortable et durable.

Moins de chauffage dans les bâtiments

La SNCB met en œuvre une politique de sobriété au sein de ses bâtiments et installations afin d’économiser l’énergie. Diverses chaudières sont remplacées par des systèmes de chauffage plus performants. Dans la mesure du possible, les dernières technologies de chauffage sont utilisées.

Afin de réduire les coûts de chauffage, la SNCB règlera désormais le chauffage de tous ses immeubles de bureaux à 19°C. Dans les ateliers, où les trains sont entretenus, le chauffage baissera aussi d’1°C. Dans les halls ou les locaux non utilisés, le chauffage et la climatisation seront désactivés.

L’éclairage des immeubles de bureaux sera optimisé. Une attention particulière sera portée à la consommation en veille des appareils électroniques et les employés seront invités à prêter attention à l’utilisation inutile du chauffage, de la climatisation, de l’éclairage et des ascenseurs.

Deux petits immeubles de bureaux situés aux abords de la gare de Bruxelles-Midi ne seront plus utilisés, ce qui permettra de réduire les coûts de chauffage et d’électricité. Le personnel concerné se déplacera vers l’un des autres sites autour de la gare.

Moins d’éclairage dans les gares

L’éclairage des gares sera réduit de 10%, tant sur les quais que dans les salles d’attente. Cela se fera entre 1h et 4h. L’éclairage architectural des bâtiments de gare et l’éclairage des parkings seront aussi réduits. La sécurité des voyageurs et du personnel sera cependant bien prise en compte : l’éclairage ne sera donc pas éteint complètement, mais atténué dans la mesure du possible.

Grâce à ces mesures complémentaires, l’utilisation du mazout et du gaz à la SNCB diminuera de 7,5%. La consommation d’électricité (hors traction ferroviaire) diminuera de 3%.

D’ici 2032, la SNCB aura installé des éclairages LED dans toutes les gares, bureaux et ateliers. Depuis plusieurs années, les éclairages défectueux sont systématiquement remplacés par des éclairages LED. ​​

Ecoconduite

Ainsi, depuis 2019, l’écoconduite fait partie de la formation et de la mission des conducteurs de train. À cette fin, le conducteur du train reçoit des alertes de vitesse pendant le trajet, pour savoir comment et quand le train peut accélérer ou ralentir de façon optimale afin de rouler de la manière la plus économe possible en énergie.
​​
​Grâce à l’arrivée des nouveaux trains double étage M7, la flotte de trains devient aussi plus économe en énergie. Les trains les plus récents sont par exemple équipés d’un éclairage LED et d’un système de récupération d’énergie à la conduite.
​​
​Ces mesures permettront aussi de réduire les émissions de CO2 des trains de 15 % en 5 ans et de 25% en 10 ans par rapport à 2019.

Articles similaires :

Auteur: Frédéric de Kemmeter