FR NL

Les machinistes allemands font de nouveau grève pour un accord salarial

Le syndicat allemand des conducteurs de train GDL a annoncé de nouvelles grèves pour faire pression sur la Deutsche Bahn dans le cadre d’une convention collective en cours. Le syndicat appelle les salariés à cesser de travailler dans le transport ferroviaire de marchandises à partir de 17 heures le samedi 21 août. Dans le transport de passagers, il y aura aussi une grève à partir de lundi 23 août à 2 heures du matin.

Les grèves dureront jusqu’à 2 heures du matin mercredi, selon le syndicat. Cette semaine et la semaine dernière également, certains membres du personnel ferroviaire de DB ont cessé de travailler. GDL a par exemple organisé mardi une manifestation au siège de la Deutsche Bahn à Berlin.

Revendications salariales

Selon le syndicat des conducteurs de train, la Deutsche Bahn n’a « pas bougé d’un pas » dans les négociations sur la nouvelle convention collective de travail. DB parle du refus constant du partenaire de négociation GDL, ce qui entraîne des « nuisances totalement inutiles » pour les voyageurs et les chargeurs. Il est clair que les parties sont toujours diamétralement opposées.

GDL exige entre autres une augmentation de salaire de 3,2%, le maintien de la pension professionnelles et un bonus corona de six cents euros. De plus, le syndicat veut améliorer les heures de travail et les conventions collectives.

DB a proposé d’augmenter les salaires à 3,2 % en deux étapes : 1,5 % le 1er janvier 2022, puis de 1,7 % le 1er mars 2023, avec un mandat jusqu’au 30 juin 2024. DB offre également une protection contre le licenciement et un régime de retraite qui selon le transporteur est « éminent dans le secteur ».

Conflit CCT

Le directeur du personnel de la DB, Martin Seiler, estime que la deuxième grève des jours fériés montre qu’« un partenaire de négociation collective refuse constamment ». Le syndicat des conducteurs de train mènerait cette bataille « sur le dos des clients ferroviaires » et ne voudrait pas réfléchir à des solutions. Deutsche Bahn fait tout son possible pour minimiser l’impact pour les voyageurs et les expéditeurs.

Selon Claus Weselsky, président fédéral de GDL, les chauffeurs, cheminots et contrôleurs ferroviaires, malgré la forte pression exercée sur eux par l’employeur et le syndicat EVG, « ont envoyé un signal clair » avec les grèves précédentes. Ils le feront à nouveau, dit-il, jusqu’à ce que la Deutsche Bahn leur accorde « la reconnaissance et l’appréciation qu’ils méritent ». Il appelle également le gouvernement allemand à faire pression sur DB pour parvenir à un accord acceptable pour les syndicats.

Auteur: Hendriëlle de Groot