FR NL

Un tiers du réseau Infrabel est déjà équipé de l’ETCS

Infrabel vient d’atteindre le tiers de son réseau équipé du système de signalisation européen ETCS.

ETCS signifie European Train Control System. Il était à l’origine prévu comme un système unifié de signalisation et de détection des trains pour prioritairement passer les frontières. Il est finalement devenu le système de référence qui devrait remplacer les signalisations existantes dans tous les pays d’Europe. Chaque réseau a donc élaboré son masterplan.

Infrabel dispose ainsi de son propre Masterplan ETCS qui vise à déployer l’ETCS pas à pas sur l’ensemble du réseau ferroviaire belge. L’Union européenne supporte l’implémentation de l’ETCS sur le réseau ferroviaire, en octroyant des subsides à plusieurs reprises. L’ambition affichée est qu’à la fin de l’année 2025, la circulation des trains en Belgique ne se fasse plus qu’avec l’ETCS. D’ici là, Infrabel doit donc équiper de l’ETCS la totalité de son infrastructure. Le Masterplan renseigne quelle ligne ferroviaire sera équipée de l’ETCS, et de quel niveau.

Il existe en effet plusieurs niveaux d’ETCS. Sur le réseau belge, Infrabel a choisi de mettre en place une combinaison de l’ETCS niveau 1 Full Supervision, de l’ETCS niveau 1 Limited Supervision et de l’ETCS niveau 2 Full Supervision. L’ETCS fonctionne avec des balises situées dans les voies, au pied des signaux et en amont de beaucoup d’entre eux. Ces balises envoient des informations aux trains lors de leur passage.

Dans le mode ETCS1, le conducteur de train continue de regarder la signalisation latérale et les balises dans la voie envoient à bord du train une information ponctuelle. L’ETCS niveau 2 a les mêmes objectifs que l’ETCS niveau 1, mais l’échange des données ne se fait plus par balises et de manière « ponctuelle », mais par GSM-R de manière « continue ». Cela permet de surveiller la courbe de freinage, la vitesse et la sécurité du train de manière permanente.

33% du réseau déjà équipé

L’installation de l’ETCS constitue un véritable puzzle ferroviaire qui a débuté en 2017. Il représente un vrai défi logistique pour les équipes d’Infrabel qui visent une installation totale de cette technologie à l’horizon 2025. A l’heure actuelle, un tiers du réseau est donc équipé en ETCS niveau 1 ou ETCS niveau 2. Le tableau ci-dessous reprend les lignes déjà équipées. Il parle bien de « voies », et non de « lignes ».

ETCS-Infrabel

Lors de ce week-end marathon des 11 et 12 septembre, l’ETCS a été déployé sur plus de 115 kilomètres de ligne :

  • 69 kms sur la grande radiale L50A entre Gand et Sint-Katherina-Lombeek, à l’ouest de Bruxelles;
  • 46,4 kms sur la L21 entre Hasselt, Genk et Bilzen, dans le Limbourg.

La carte montre que l’ETCS de niveau 1 Full Supervision (en bleu foncé), court d’Anvers à Athus et Arlon, traversant tout le pays de part en part. Il s’agit là de répondre à la demande d’équiper la partie belge d’un corridor européen de fret ferroviaire de 930 kilomètres nommé « North Sea-Mediterranean ». Cela permettait de recevoir des subsides européens et, par la même occasion, de permettre l’interopérabilité des locomotives équipées des équipements ETCS de bord.

Du côté de la SNCB, plus de 63% des trains sont été équipés d’un ETCS activé et opérationnel, y compris même les matériels roulants anciens, mais modernisés, comme les automotrices AM75 ou AM80, et bien-sûr du matériel roulant plus récent.

La sécurisation du chemin de fer belge est manifestement en bonne voie.

Auteur: Frederic de Kemmeter