FR NL

Londres : dernière ligne droite avant l’inauguration de Crossrail

Des voyageurs volontaires vont tester de la section centrale du projet Crossrail dans le cadre de la phase de test finale

Le projet Crossrail est une infrastructure ferroviaire de type RER traversant Londres d’Est en Ouest. Approuvée en 2007, la construction a commencé en 2009 sur la section centrale et les connexions aux lignes existantes en dehors de Londres. La ligne totale s’étend sur 100 kilomètres, dont 42 en tunnels, et relie entre elles 41 gares.

Cet immense projet baptisé par la suite ‘Elizabeth Line‘ est l’un des plus gros chantiers de la capitale britannique. Initialement prévu pour ouvrir en 2018, le projet fût continuellement retardé. L’ouverture de la section centrale est maintenant prévue au premier semestre 2022.

En tunnel sous la City

Cette ligne nouvelle à deux voies traverse Londres sur la rive gauche de la Tamise, entre la gare de Paddington et Stratford, en passant en tunnel (en rouge) sous les quartiers de Farringdon, de la City et de Liverpool Street. Avant Paddington et au-delà de Stratford, la ligne refait surface (en bleu), pour l’éloigner de Londres, jusqu’à Reading à l’Ouest et une double branche destinée à Shenfield et Abbey Wood à l’Est.

Cette ligne répond aussi au souci d’enfin relier les terminaux T2, T3, T4 et T5 de l’aéroport d’Heathrow directement aux quartiers d’affaires de la City et, plus à l’Est, de Canary Warf. À Farringdon, Crossrail rencontre l’autre grande transversale londonienne, Nord-Sud cette fois : la célèbre Thameslink.

Crossrail(photo Crossrail)

Trains Bombardier

Pour le service des trains, 70 rames Bombardier Aventra à 9 voitures ont été commandées par TfL (Transport for London) et déjà toutes livrées. Les rames seront entretenues au nouveau dépôt d’Old Oak Common, qui a ouvert ses portes en juin 2018 et couvre 14 hectares. Ce dépôt dispose de 9 voies principales à l’intérieur et 33 voies de garage à l’extérieur.

Les rames ont trois systèmes de signalisation : ETCS (European Train Control System) pour la partie ouest, CBTC (Communication Based Train Control) pour la partie centrale en tunnel et le système de classe B anglais AWS/TPWS pour la partie Est.

Exploitation MTR

L’Elizabeth Line sera exploitée par MTR Corporation (Crossrail) Ltd en tant que concession pour le compte de TfL, de la même manière que London Overground , une ligne circulaire autour de la ville.

Dans la section centrale, il est prévu une fréquence allant jusqu’à 24 trains par heure dans chaque sens, rendue possible avec l’utilisation de l’ATO de niveau GoA2. Il est fourni par un système propriétaire CBTC (Communications-Based Train Control), sur base d’un contrat avec Siemens avec son produit Trainguard. Le centre de contrôle de l’ensemble des lignes est situé à Romford.

Le coût prévu pour terminer le projet est maintenant de 18,9 milliards de livres sterling (22,52 milliards d’euros).

Dernière ligne droite

Les essais du Crossrail ont commencé en mai avec jusqu’à 12 trains par heure circulant en souterrain. Au total, un peu plus de 150 scénarios de test seront réalisés au cours des trois à quatre prochains mois, couvrant un large éventail de problèmes tels que les fermetures de stations, les pannes d’escaliers mécaniques et d’ascenseurs et les coupures de courant.

Les trains eux-mêmes continueront de rouler pour augmenter leur kilométrage et prouver leur fiabilité, tandis que des centaines d’employés de TfL effectueront des exercices pratiques pour tester les stations afin de s’assurer qu’elles sont conformes aux règles de sécurité.

Auteur: Frédéric de Kemmeter