FR NL

Le CA d’Infrabel approuve le projet de Plan d’entreprise 2023-2032

Infrabel pressroom

Le Conseil d’administration d’Infrabel a approuvé à l’unanimité, ce mardi, le plan d’entreprise 2023-2032. Ce plan doit maintenant passer au gouvernement fédéral qui décidera de ce qu’il peut débloquer pour exécuter ce plan.

Ce plan d’entreprise sera soumis au Gouvernement fédéral en vue d’une approbation définitive avant la fin 2022 et d’une traduction de celui-ci dans un Contrat de Performance entre l’Etat belge et le gestionnaire du réseau ferroviaire. Les lignes de force de ce plan concernent la nécessaire modernisation et un développement ambitieux des infrastructures ainsi que des opérations « qualité » au service des clients du rail, voyageurs ou industriels.

Son approbation par le CA du gestionnaire d’infrastructure traduit la volonté d’Infrabel de soutenir les ambitions du Gouvernement fédéral en matière de transfert modal, autant que les objectifs de croissance des clients du rail, notamment de la SNCB, des autres transporteurs ferroviaires, des ports et acteurs économiques belges.

Les fonds nécessaires à la mise en œuvre du plan ne sont en revanche pas connus, car les budgets sont toujours en cours de négociation au niveau du gouvernement fédéral. C’est l’ambition du ministre de la mobilité d’augmenter les moyens mis à disposition d’Infrabel.

Cinq piliers

Le projet de Plan d’entreprise (« Plan Pluriannuel d’Investissements » et « Plan financier ») sur 10 ans, tels qu’approuvés ce mardi, marque, selon Infrabel, le retour d’une trajectoire de performance ambitieuse et à long terme, telle que souhaitée par le Gouvernement, Infrabel et, surtout, les clients du rail. À savoir la SNCB qui produit près de 87% des trains/kilomètres sur le réseau d’Infrabel ainsi que les opérateurs de fret (Lineas et autres).

Sur la période 2023-2032, la charpente de ce Plan d’entreprise comporte 5 piliers : Sécurité, Ponctualité, Digitalisation, Capacité et Accueil. Ceux-ci constituent des moyens nouveaux qui pourront utilement être investis dans le réseau ferroviaire.

Ces derniers temps, on a pu voir que les chantiers et projets étaient nombreux sur le réseau d’Infrabel. Non seulement dans le port de Gand ou sur les deux lignes RER L161 et L124, mais aussi avec des allongements de voies pour permettre d’offrir aux transporteurs la possibilité de mettre à l’exploitation des trains plus longs qu’on doit pouvoir garer.

Par ailleurs, Infrabel maintient son planning concernant l’implantation du système européen de signalisation ETCS.

Un plan concerté avec le ministre fédéral de la Mobilité

Ce plan est aligné avec celui de la SNCB en ce qui concerne l’augmentation de l’offre de trains et du nombre de voyageurs ainsi que des investissements à réaliser conjointement pour améliorer l’accessibilité des gares.

Les moyens nécessaires aux opérations sont également prévus, en intégrant le plan d’économies et de transformation proposé par Infrabel. Ces montants – comprenant la dotation de base et des enveloppes spécifiques comme les fonds de relance belge et européen – sont conformes aux budgets sollicités par le Ministre de la Mobilité auprès du Gouvernement fédéral, en vue du refinancement (investissements et opérations) du rail belge.

Un refinancement fortement attendu dans diverses régions du pays.

Plus d’infos à ce sujet ? Rejoignez-nous à RailTech Europe 2022. Plus d’informations sur le programme et les ateliers proposés.

Articles similaires :

Auteur: Frédéric de Kemmeter