FR NL

Accord entre North Sea Port et Infrabel pour augmenter le fret ferroviaire de 50%

North Sea Port et Infrabel veulent faire passer le transport de marchandises de la route au rail et ont pour objectif de réduire de moitié le transport par route, au profit du rail.

Un accord a été signé dernièrement entre North Sea Port, qui regroupe Gand, Terneuze (NL) et Vlissigen (NL), pour tranférer davantage de fret vers le rail. Pour souligner cette collaboration, le ministre fédéral de la Mobilité Georges Gilkinet et le PDG d’Infrabel Benoît Gilson ont effectué jeudi 7 octobre une visite de travail à North Sea Port. Infrabel et le PDG de North Sea Port, Daan Schalck, ont signé une lettre d’intention pour la création de Railconnect, qui est une équipe ferroviaire portuaire avec des représentants d’Infrabel et de North Sea Port.

Affiner les besoins

Dans le concret North Sea Port et Infrabel cartographieront conjointement les besoins ferroviaires à court, moyen et long terme dans la partie gantoise de la zone portuaire. Il s’agit de constituer une liste de travaux éventuels, comme des allongements de voie, le réaménagement de faisceaux, la pose d’aiguillages ou l’électrification de certaines sections de voies, sans oublier le renouvellement de la signalisation là où c’est pertinent.

La réception des trains sur les différents faisceaux de la zone portuaire de Gand est aussi étudiée. Un exemple est déviter le stationnement pendant plusieurs jours ou des semaines de rames qui parasitent les faisceaux les plus utilisés. Des mesures spécifiques sont également à l’étude concernant le réseau ferroviaire portuaire à travers la frontière belgo-néerlandaise dans la zone portuaire. Une nouvelle liaison doit être installée à Zelzate, commune belge située juste à la frontière et à proximité immédiate de Terneuze, afin de mieux relier les deux rives du canal.

Une attention particulère sera formulée sur une manière plus simple et plus flexible de travailler au sein de la zone portuaire en ce qui concerne la tarification et l’exploitation des trains, avec en ligne de mire une gestion plus efficace du trafic ferroviaire.

Un report modal plus durable

La question du report modal durable est au centre de l’accord. Le transport ferroviaire entre le port de la mer du Nord et l’arrière-pays n’a cessé de croître ces dernières années, alors qu’on oscillait autour des 7% de part modale ferroviaire entre les ports de Gand et Terneuze et l’hinterland belge. Aujourd’hui, cette part grimpe à 10 %. L’objectif est d’atteindre 15 % d’ici 2030, soit un effort de 50%. Promouvoir de cette manière le transport ferroviaire fait partie de l’ambition de North Sea Port de s’inscrire dans la lignée de celle du gouvernement fédéral de doubler la part du rail dans le transport de marchandises d’ici 2030.

Daan Schalck, PDG de North Sea Port : « Grâce à l’optimisation opérationnelle du trafic ferroviaire et aux investissements dans les infrastructures ferroviaires, nous, en tant que port, continuerons à disposer d’une capacité suffisante pour continuer à gérer l’augmentation du transport de marchandises par rail. Cela permet également aux investisseurs d’utiliser davantage le réseau ferroviaire. »

Georges Gilkinet, ministre fédéral de la Mobilité : « Le gouvernement fédéral veut doubler le volume du transport ferroviaire de marchandises dans tout le pays d’ici 2030. C’est bon pour l’emploi, la mobilité et la sécurité routière : 1 train de marchandises retire 50 camions de la route. Plus de trains et moins de camions pour le transport de marchandises depuis le port de la mer du Nord, c’est aussi bon pour le climat, car cela contribue à l’objectif de -55% de réduction de CO2 d’ici 2030. (…) J’applaudis cette nouvelle collaboration et encourage Infrabel et le port à travailler ensemble pour un transport ferroviaire de marchandises toujours plus durable. »

Benoît Gilson, PDG d’Infrabel, s’est déclaré « très heureux de la signature de cette lettre d’intention et également de la mise en place d’une équipe ferroviaire portuaire avec North Sea Port. Il illustre notre ambition commune de faire du transport ferroviaire de marchandises un catalyseur encore plus important à Gand, et dans toute la Belgique. Cela s’inscrit dans notre stratégie de transfert modal et est bon pour notre économie, l’emploi, le climat et notre société. Ensemble avec nos parties prenantes et nos clients, nous pouvons et voulons atteindre cet objectif. »

Auteur: Frederic de Kemmeter