FR NL

Grande-Bretagne : le rail au secours de la pénurie de chauffeurs routiers

L’exode des camionneurs européens du Royaume-Uni depuis l’entrée en vigueur du Brexit secoue le secteur britannique du transport et de la logistique. Tesco, un retailer important du Royaume-Uni, veut dès lors passer davantage au rail.

En septembre dernier, les associations industrielles et les principales sociétés de fret britanniques avaient déclaré qu’à moins que des mesures urgentes ne soient prises pour remédier aux pénuries, les tensions désormais visibles au sein de l’industrie du transport routier deviendraient évidentes pour le public dès l’automne. Le problème des chauffeurs routiers tient au Brexit qui a mis fin au recrutement dans l’UE, à un arriéré d’examens de conduite causé par le Covid-19 et à des réformes fiscales sur le travail indépendant qui ont poussé des conducteurs de l’UE vers la sortie. Une enquête de la Road Haulage Association (RHA) auprès de ses membres estime qu’il y a maintenant une pénurie de plus de 100.000 conducteurs qualifiés au Royaume-Uni.

Ce nombre comprend des milliers de conducteurs des États membres de l’Union européenne (UE) qui vivaient et travaillaient auparavant au Royaume-Uni et qui ont quitté le pays, engendrant une pénurie jamais connue dans le secteur. Une grande entreprise de camionnage avec près de 2.300 camions expliquait que son personnel était composé d’environ 40% de chauffeurs d’Europe de l’Est. « Il y a déjà des missions de livraisons qui ne sont pas couvertes maintenant », expliquait le patron à la presse spécialisée.

Eurotunnel innove

La tension est telle que récemment, Eurotunnel a instauré une nouveauté dans son trafic de navettes. Alors que d’habitude les chauffeurs accompagnent leurs camions d’une rive à l’autre de la Manche, Eurotunnel s’est proposé de ne transporter que les camions aux entreprises que cela arrange. Concrètement, les chauffeurs européens amènent leurs camions sur un parking sécurisé au terminal de Calais et reprennent en retour d’autres camions venus de Folkestone. Eurotunnel se contente d’embarquer lui-même les camions sur ses navettes sans les chauffeurs, contournant ainsi l’épineuse question des visas et d’éventuelles quarantaines. Cette solution n’est évidemment valable que pour les entreprises logistiques ayant des chauffeurs des deux côtés de la Manche. Le transport non-accompagné, c’est une vraie nouveauté pour Eurotunnel.

Tesco prend le train

Un autre acteur habitué du train doit également faire face à des difficultés. Tesco, le plus grand détaillant du Royaume-Uni avec plus de 3 000 points de vente, compte montrer l’exemple avec l’utilisation accrue du fret ferroviaire. L’entreprise veut augmenter son trafic ferroviaire de 65 000 à 90.000 conteneurs par an dès novembre ou décembre de cette année. Il s’agirait d’accroître le nombre de conteneurs frigorifique entre l’Espagne et le Royaume-Uni. « Nous sommes l’un des rares, sinon le seul détaillant d’épicerie au Royaume-Uni à utiliser largement le rail », explique Ken Murphy, directeur général de Tesco. Le détaillant est en effet célèbre pour ses caisses mobiles ferroviaires estampillées « Less CO2 ».

La startup Varamis Rail a l’intention de réutiliser les unités multiples électriques pour transporter des marchandises légères entre les hubs, avec une livraison du dernier kilomètre par des véhicules routiers durables. Cette solution pourrait intéresser Tesco et d’autres supermarchés dès l’instant où le secteur de la grande distribution a eu recours à des primes de 1.170 € ou plus pour de futurs conducteurs de poids lourds, renchérissant le prix de la route pour livrer les magasins. Varamis Rail fait partie des entreprises qui voient la réponse aux défis de la pénurie par un changement complet d’attitude. Et au passage de démontrer quelles peuvent être les solutions pour atteindre des objectifs climatiques réalistes. La proposition de Varamis Rail devrait aider Tesco pour réduire l’utilisation de la route pour ses flux de près de 35 millions de kilomètres par an. Un contrat win-win…

Auteur: Frederic de Kemmeter